MASSAGE FATAL (Edito du 18 février).

Philippe DUPONT

 

A l’énoncé du verdict, il est resté impassible, pour ne pas dire stoïque, Georges Tron, comme s’il l’avait déjà pressenti la sentence : cinq ans de prison, dont trois ferme pour viol et agression sexuelle en réunion sur une ancienne collaboratrice…

Cependant, il n’était pas seul à comparaître au box des accusés, accompagné pour la circonstance de son ex-adjointe à la culture, Brigitte Gruel, avec laquelle, malgré ses dénégations, il semblait être un adepte du Triolisme, contredisant en cela l’adage : « à deux, c’est mieux » par « à trois, c’est bien meilleur » ….

A 63 ans, le Maire de Draveil, ancien député et ancien ministre a vu son destin basculer en quelques minutes. Cela ressemblerait presque a du « Balzac » : Grandeur et Décadence d’un Pair de la République, ou l’irrésistible dégringolade de Rastignac envoyé au cachot…. 

Après onze heures d’une délibération aussi tendue que délicate, le sort de l’élu de la République a donc été scellé, l’expédiant illico presto au carré VIP de la Prison de la Santé et le rendant inéligible pendant six ans…tandis que sa libertine ex-adjointe se voyait signifier deux ans avec sursis… Cruel jeux de l’amour et du hasard…Autant dire, le buste de Marianne devra s’accommoder d’un nouveau locataire en Mairie de Draveil ainsi qu'au Conseil Départemental…

 Pourtant, deux ans auparavant, le même homme, accompagné de sa « complice » avait réussi à échapper aux « fourches caudines » de la Justice bénéficiant alors d’un acquittement en bonne et due forme car à l’époque malgré le fait avéré que les deux accusés eut menti, la notion de « contrainte » des victimes ne fut pas prouvé pour autant...

Néanmoins,  les mêmes victimes n’ont pas lâché prise, faisant appel de ce premier jugement, leur opiniâtreté et les récents évènements ont très largement changé cette fameuse approche dudit « consentement » … amenant de nouveaux magistrats et surtout un nouveau jury a opté pour cette peine bien plus lourde…

Seule (maigre) consolation pour un Georges Tron qui continue à clamer son innocence, c’est le rejet de son implication pour les mêmes faits sur une deuxième plaignante qui a d’ailleurs quitté en pleurs, le tribunal…

Mais la plus grande surprise demeure cependant dans cette peine suivie « d’une incarcération immédiate » alors que l’avocat général ne requérait que le bracelet électronique, jugeant la détention non nécessaire…Georges Tron, à présent élu déchu aura cinq jours pour se pourvoir en cassation, tout en sachant que son passage à la case « prison » risque de durer un certain temps….

Il est loin le temps où le « jeune homme pressé et prometteur » à qui tout semblait réussir, comme aime à le rappeler ses proches, était devenu un proche collaborateur d’Edouard Balladur, alors Premier Ministre et qui était parti en 1993 à la conquête de l’Essonne, ce jeune territoire prompt à accueillir les « valeureux bons petits soldats du RPR », lui ce sera Draveil quant à la même époque, Nicolas Dupont-Aignan choisira Yerres.

Dans les deux cas de figure, de « parachutés », les deux hommes deviendront « des patrons locaux » à la longévité politique remarquable…mais là s’arrête la ressemblance, car Georges Tron ne sera pas un « Franc-Tireur » : il commence par battre aux législatives son futur « meilleur ennemi » de Ris-Orangis, un futur ministre comme lui, Thierry Mandon puis règle son compte à l’indéboulonnable maire de Draveil, Tournier-Lasserve : les succès électoraux se succèdent, jusqu’à l’amener à devenir Ministre de la fonction publique sous Nicolas Sarkozy…

Mais l’ambitieux Georges Tron a aussi un jardin secret : c’est un adepte de la Réflexologie plantaire, traduction : l’art du massage des pieds dont les vertus de bienfait après une journée de labeur ne sont plus à faire, sauf quand vous les accomplissez sur vos…collaboratrices…

Vous devinez la suite : des « séances de délassement » après une réunion stressante, on peut craindre le pire, la longue dérive vers un droit de cuissage qui ne veut pas dire son nom….. On devine  le frémissement des arbres de la forêt de Sénart toute proche face à ces glissements progressifs vers le bon plaisir de ce Tron là….

Un long cheminement judiciaire complexe et aux multiples rebondissements vient peut-être de se refermer…mais on le sait, en politique, on n’est jamais vraiment mort : le massage n’est peut-être plus valide mais un retour sur un « meilleur pied » est toujours possible….