LA MORT EN CE DESERT (EDITO DU 30/11)

Philippe DUPONT

  

Treize militaires français ont donc perdu la vie ce lundi 25 novembre, victimes du devoir comme on à coutume de dire dans pareille circonstance. Treize jeunes hommes, entre 22 et 43 ans, dans la force de l’âge qui appartenaient à la mission Barkhane et qui lutte avec force et détermination contre les djihadistes qui sévissent dans cette région désertique du Sahel Malien jouxtant la frontière Nigérienne….

Une collision entre deux hélicoptères, un Cougar et un Tigre sont entrés en collision à la suite d’une opération de reconnaissance concernant le repérage d’une colonne Djihadiste qui traçait sa route au cœur de cette région hostile du cercle de Ménaka, tant au niveau climatique que topographique et qui est devenue le théâtre de nombreux attentats ou attaques violentes depuis plusieurs années….

Ce bilan est lourd puisqu’aucun des passagers n’a survécu et est le plus meurtrier enregistré par l’armée français depuis 36 ans (attentat du Drakkar à Beyrouth :58 morts, ndlr). « Ils sont morts en héros » auront été les premiers mots prononcés par le Chef de l’Etat, Emmanuel Macron pour saluer leur mémoire de façon solennelle.

Des héros ? pas sûr que ces six officiers, six officiers et ce caporal-chef, soldats aguerris venus des régiments de Pau, Gap et Varces se revendiqueraient comme tels :  ils auraient certainement rétorqué qu’ils ne faisaient que leur devoir, conscients des risques qu’ils encourraient.

Mais pour nous autres, spectateurs passifs du spectacle parfois tragique du monde, ce qualificatif « héroïque » nous parait légitime et la cérémonie qui se tiendra lundi prochain aux Invalides afin d’honorer leur sacrifice relève de l’évidence….

Le temps du recueillement et de la concorde nationale doit s’imposer au moins jusqu’à cette cérémonie mais déjà quelques voix discordantes se sont élevées, certes avec modération, pour dénoncer la présence de la France, puissance moyenne et bien peu aidée par ses voisines européennes dans cette région, menant un combat coûteux autant financièrement qu’humainement et dont l’issue victorieuse resterait des plus hypothétiques face à un ennemi toujours aussi déterminé au cœur de cet endroit inhospitalier….

On se souvient des origines de cette intervention militaire voulue par François Hollande en 2013, alors président de la République et qui aura permis d’éviter au Mali de tomber sous les fourches caudines des troupes djihadistes…mais depuis, malgré cette présence des troupes françaises qui viennent en aide aux forces militaires des pays du Sahel (le « G5 Sahel ») pour lutter contre un ennemi certes neutralisé mais toujours dangereux et dont les velléités de reconquête de la région sont loin d’êtres éteintes ressemblent de plus en plus à d’autres conflits rencontrés en Irak, en Syrie ou en Afghanistan, pays qui semblent condamnés à ne jamais trouver une issue pacifique…

Cette tragédie du 25 novembre a réveillé les consciences et sur les suites à donner. Renoncer et laisser les pays concernés face à leur propre destin ? Certainement pas, on sait qu’un pays comme le Mali, doté d’une armée rapidement dépassée et d’un état fragile démocratiquement ne résisterait pas très longtemps au rouleau compresseur islamiste qui pourrait par la suite de dérouler à sa guise sur tout le reste de cette partie du continent et qui pourrait entraîner l’exode de population oppressée vers une Europe tracassée que l’on sait de moins en moins salvatrice quant à la misère du monde….

Alors oui, continuer mais se préparer à partir un jour, comme l’a suggéré le père d’une des victimes, l’ex-secrétaire d’état à la Défense, Jean-Marie Bockel. Pour cela, la France ne peut plus rester seule face à ce qui pourrait constituer sinon une quadrature du siècle mais là, le défi reste gigantesque tant les enjeux semblent très divergents. Certains observateurs préconisent la mise en place à moyen terme d’un « plan Marshall » pour le Sahel, convaincus que l’aide économique et éducative serait une solution pour venir en aide aux populations déshéritées de la région contrairement à un appui militaire persistant….

En attendant, lundi prochain, quand la nation tout entière rendra un hommage aux treize soldats valeureux et l’on percevra non sans émotion, en écoutant la sonnerie aux morts qui retentira dans la Cour des Invalides les raisons de leur combat contre l’obscurantisme….

 

LE SOMMAIRE DU MOIS (cliquez sur les liens ci dessous)

24. Nov., 2019

INVENTAIRE 1969 (VERSION INTEGRALE)

12. Juil., 2019

FLANERIES EN ESSONNE ET AILLEURS

Découvrez quelques sites connus, moins connus et insolites du département
avec un petit fond musical sympa....

24. Nov., 2019