• AUTOROUTE DU SUD

  • ORLY

  • MASSY

L’ERE DES GRANDS TRAVAUX

Rappelons que Paris intra-Muros connaissait depuis l’entre-deux-guerres un déclin sensible et continu de sa population, ayant même perdu pratiquement un million d’habitants au profit de sa périphérie.

Le développement de grandes zones pavillonnaires dans la future Essonne avait débuté dès la fin des années 20, notamment à Savigny-sur-Orge, Juvisy sur Orge, Ste Geneviève des Bois, Draveil, Viry-Châtillon ou Athis-Mons qui constituaient un premier noyau urbain en dehors de Paris-Intra-Muros.

Ces lotissements étaient surtout composés de population ouvrière et d’employés qui affluaient chaque jour vers la Capitale pour venir y travailler

L’idée qui était de redéployer des ressources vers la périphérie avait fini par germer : Il fallait générer des ressources   économiques, industrielles ou universitaires sur ces territoires pour mieux les faire vivre et surtout de ne pas les cantonner au rôle peu enviable de « zones-dortoir »

La nomination de Paul Delouvrier et la création du Schéma directeur de la région d’Ile de France iront dans ce sens.  Il s’agit bien de corriger les disparités spatiales et économiques de la région, d’améliorer les transports mais également de préserver les zones rurales de la région….

Paris se dépeuple mais souffre de nombreux maux : celui d’une congestion automobile, d’où le lancement des travaux d’un boulevard périphérique….

On projette également dès 1960 de transférer le « ventre de Paris », les Halles, menacé d’asphyxie et de problèmes d’hygiène vers le village de Rungis, à une dizaine de kilomètres au sud mais le projet ne prendra forme qu’en 1969…

A l’ouest, le quartier d’affaires de la Défense sort de terre, avec son fameux CNIT qui est inauguré dès 1958   laissant pousser à ses côtés des gratte-ciels qui constitue clin d’œil à une Amérique triomphante qui fascine…

C’était également le temps des grands travaux dans le sud de l’Ile de France : celui de l’autoroute du Sud, envisagé avant la guerre et débuté en 1955 pour arriver au sud de Corbeil-Essonnes dès 1960. Le tronçon de Chilly Mazarin à Savigny sur Orge sera sujet à de nombreux conflits en matière d’expropriation….

L’ouverture du nouvel aéroport d’Orly, dont une grande partie dans la future Essonne, à Paray-Vieille Poste est inauguré en 1961 ou encore l’ouverture du Campus scientifique d’Orsay, le premier de son genre en banlieue sans oublier la création de la zone d’activités de Courtabœuf, entre Bures sur Yvette et Orsay à la même époque…

Mais le problème crucial du début des années 60, c’est surtout la crise du logement. Eh, oui le problème des mal-logés est une histoire ancienne, d’où le projet de grands projets collectifs immobiliers : le plus symbolique au nord de la région, Sarcelles, synonyme de la ville-champignon, accueillant bon nombre de nouveaux habitants en quête d’un logement décent….

D’autres projets d’envergure voient le jour : à Fresnes, Vélizy ou encore Aulnay sous-bois voient des tours et des barres remplacer les champs de betteraves ou de mais….

Dès 1955, un grand ensemble voit également le jour au sud de Paris, à cheval entre Antony (Seine) et Massy (Seine et Oise). Cette dernière commune voit sa population tripler en moins de dix ans et accueillera beaucoup de rapatriés d’Afrique du Nord….

L’apport de ces populations nouvelles implique la construction d’autres infrastructures : scolaires, sportives, culturelles, commerciales ou encore industrielles….

Les grues n’ont pas fini de hanter le sol de la future Essonne……