• Kadhafi

  • Mort de Ho-Chi-Minh

  • Mur de Berlin

LE MONDE EN 1969

 

 

DEMOGRAPHIE ET ECONOMIE

 

Trois milliards et six cents millions d’habitants. C’est la population mondiale de la planète Terre en 1969. Plus de la moitié réside sur le Continent Asiatique : la Chine Communiste de Mao compte près de 800 millions d’habitants, soit déjà plus que dans la célèbre chanson de Jacques Dutronc tandis que l’Inde dirigée par Indira Gandhi, fille de Nehru, la suit avec près de 600 millions……

L’Europe (incluant une partie de l’URSS) est loin derrière avec toutefois 700 millions d’âmes, représentant près de 17 % tandis que les Amériques en comptent 14 % et l’Afrique près de 10 %. Ce dernier continent va doubler dans les cinquante ans qui vont suivre ce chiffre de représentativité humaine tandis que l’Europe va le baisser de moitié…….

Cette année-là, l’humanité s’enrichit de près de 75 millions de nouveaux habitants mais avec des conditions de vie bien différentes d’un continent à l’autre. Si l’Europe connait la paix depuis 1945, elle demeure un continent coupé en deux : à l’ouest, le monde Capitaliste, avec un marché Commun économique qui a vu le jour en 1957 et qui abrite en son sein : la France, l’Allemagne de l’Ouest, l’Italie et les trois pays du Bénélux (Belgique, Pays-Bas, Luxembourg) tandis que la Scandinavie et les Iles Britanniques font (pour l’instant) cavaliers seuls, la France Gaullienne ayant  notamment mis son véto à l’entrée du Royaume-Uni dans le Marché Commun….

Tandis qu’à l’Est, un COMECON, sorte de marché commun Socialiste a été mis en place : l’URSS et ses satellites qui s’étendent de la frontière Allemande à la Mer Noire sont les architectes d’une économie collectiviste…Quelques réfractaires comme l’Albanie ou la Yougoslavie n’ont pas adhéré à cet axe économique pour voler de leurs propres ailes tout en se revendiquant Communistes…. A l’ouest, des régimes parlementaires et démocratiques se sont succédé depuis la fin des hostilités tandis qu’à l’Est, des « démocraties populaires » ont vu le jour avec leurs leaders respectifs et de préférence aux « ordres de Moscou », enfin…presque….

Mais hors de ces deux sphères antagonistes, il en existe une troisième, celle des dictatures qui se sont établies ou qui s’éternisent dans le monde dit « libre » : L’Espagne, le Portugal et la Grèce…Les deux premières le sont depuis plus de 30 ans tandis que la dernière sévit dans le berceau de l’Europe depuis le coup d’état des Colonels en 1967….

L’Asie abrite deux grandes puissances communistes : l’URSS (de l’autre côté de l’Oural) et la Chine Populaire qui fête cette année-là ses vingt ans d’existence avec à sa tête, le « Grand Timonier », Mao Tsé Toung mais qui entretient des relations très tendues avec son voisin Soviétique jusqu’à envisager un conflit militaire voire une guerre nucléaire avec ce dernier pour des raisons territoriales mais la tension finit par retomber suite à un accord….L’ancienne Indochine Française, composée en partie d’un Vietnam coupée en deux : au Nord, sous influence soviétique et au Sud, sous contrôle Américain continuent d’être en état de guerre qui plonge le pays de l’Oncle Sam dans un bourbier dont il ne sortira pas indemne six ans plus tard…..

L’Amérique Latine n’est pas loin d’être une poudrière :  peu de pays peuvent se targuer d’être stables et les coups d’état militaires au Brésil (qui connaissait déjà la dictature depuis 1964) ou en Bolivie confirment la fragilité de ces nations sud-américaines, minées entre la tentation marxiste et l’exercice d’un pouvoir nationaliste et autoritaire. L’Argentine, le Paraguay ou le Pérou vivent également sous la botte des militaires tandis que le Salvador et le Honduras, pays voisins vont se déclarer la guerre de façon éphémère, c’est ce que l’on appellera « la guerre du Football » ….En effet, un match de football entre les deux pays va être le catalyseur d’un conflit territorial larvé (les Salvadoriens à l’étroit dans leur pays surpeuplé émigraient  en masse vers le voisin Hondurien, plus vaste et plus prospère) qui les minent depuis plusieurs années et qui coûtera la vie à plusieurs milliers de personnes au court d’un conflit de quelques jours mais dont les plaies resteront ouvertes bien plus longtemps….

L’Afrique continue d’être mal partie. Dix ans après l’indépendance de la plupart des états qui la compose connaissent de nombreux foyers de conflits guerriers et d’instabilités démocratiques.  Des coups d’état fréquents nuisent à la bonne santé démocratique de ces jeunes pays….

En Guinée-Conakry, dans ce pays rebelle qui s’émancipa de la France dès 1958, un groupe d’officiers tentent mais sans succès de renverser le très autoritaire Sékou Touré. En Centrafrique, Jean Bedel Bokassa, ancien sous-officier de l’armée Française et futur « empereur » qui a pris le pouvoir lors d’un coup d’état à la Saint-Sylvestre 1965 est victime lui aussi d’une tentative de coup d’état qu’il réussit à déjouer. A contrario, la Somalie, le Soudan et le Dahomey (futur Bénin) connaissent des renversements du pouvoir par les militaires.

Seules quelques pays connaissent une relative bonne santé démocratique : le Sénégal, la Côte d’Ivoire, la Haute-Volta ou encore le Gabon. On verra par la suite que bon nombre d’entre eux tomberont entre les mains de dirigeants exaltés et souvent autoritaires….

Quelques pays vivent encore à l’heure coloniale, à l’instar de l’Angola, du Mozambique ou de la Guinée Bissau qui luttent pour leur indépendance contre le colonisateur Portugais, embourbé dans une guerre  absurde et sans fin….

L’ONU s’insurge de l’annexion forcée de la Namibie, ex-colonie Allemande, par l’Afrique du Sud, tandis que la Rhodésie du Sud (futur Zimbabwe) dirigée par le blanc Ian Smith est un pays qui pratique l’apartheid comme son grand voisin, entretenant des relations exécrables avec l’ancienne puissance coloniale Britannique, ayant même claqué la porte du Commonwealth….

La France possède toujours le Territoire des Afars et des Issas, autour de Djibouti, sur les bords de la Mer Rouge dont elle accordera l’indépendance qu’en 1977 sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, tout en restant un lieu stratégique pour l’armée Française…

En Libye, le roi Idriss est renversé par un groupe de jeunes officiers, avec à leur tête Mouammar Kadhafi, 28 ans environ et qui proclame la République Arabe Libyenne. Le nouveau dirigeant qui se rapproche immédiatement de son voisin Egyptien Nasser, adhère à cette idée du développement du panarabisme cher au Rais……

Au Nigéria, pays le plus peuplé du continent africain, une guerre civile fait rage dans la province séparatiste du Biafra depuis l’année 1967 et qui durera jusqu’en 1970.  Le pouvoir central organise le blocage terrestre et maritime de la province rebelle provoquant une famine dramatique : personne n’a oublié ces images d’enfants ballonnés …Très présent sur le terrain, les médias du monde entier, par le biais du photojournalisme vont provoquer une prise de conscience des occidentaux sur la dure réalité du tiers-monde, donnant d’ailleurs naissance à l’action humanitaire……

  

 

WHO'S WHO

 

Cette dernière année de la décennie 60 va être marquée par l’apparition de nouvelles têtes d’affiche sur la planète des dirigeants : aux Etats-Unis, Richard Nixon est devenu en janvier le 37 -ème Président de la première puissance mondiale. L’ancien vice-président Républicain d’Eisenhower qui avait échoué de justesse face à Kennedy en 1960 et qui a donc pris sa revanche en triomphant de l’ancien Vice-Président Démocrate de Lyndon Johnson, Humbert Humphrey.

Face à celui que les occidentaux peuvent considérer comme le nouveau leader du « Monde libre », une « Troïka » dirige l’URSS, la superpuissance adversaire du « Bloc de l’Est » : Alexis Kossyguine dirige le Conseil des Ministres, Anastase Mikoyan le Praesidium du Soviet Suprême et Leonid Brejnev, le Secrétaire général du Parti Communiste, faisant de ce dernier le véritable Chef de l’Etat….

Deux blocs qui se sont constitués au lendemain de la seconde guerre mondiale, lors de la Conférence de Yalta où les leaders vainqueurs de la Barbarie Nazie : Roosevelt, Staline et Churchill se sont partager le monde, faisant des alliés de circonstance les nouveaux protagonistes d’une « guerre froide » qui va durer plus de quarante-cinq ans….

On n’oublie pas la Chine Communiste de Mao en pleine « Révolution Culturelle » (qui n’avait de Culturel que le nom), le « Grand Timonier » a pris le pouvoir vingt ans plus tôt, à l’issue d’une « Longue marche » avec ses compagnons de route et instaure un régime communiste pur et dur, il a publié son « petit livre rouge », sorte d’ouvrage de propagande communiste qui sera diffusé à travers toute la Chine et qui deviendra le livre le plus vendu au monde après la Bible….Ce « petit livre » est en fait une compilation des citations et autres discours du Président Mao et qui aura des adeptes au sein même d’une certaine intelligentsia Française durant toute la décennie…..

En attendant, Mao et ses proches ont lancé cette « révolution culturelle » dans le dessein de consolider un pouvoir qu’il juge menacé par les ambitions secrètes et surtout révisionnistes de certains cadres du Parti. La purge durera plusieurs années et fera de nombreuses victimes. C’est avec l’aide des « Gardes rouges », composés de jeunes recrues que le « Grand Timonier » effectuera cette sinistre purge……

Mais pour l’instant, la République Populaire de Chine ne s’est pas encore éveillée comme l’écrira quelques années après Alain Peyrefitte et a été reconnue officiellement par la France dès 1964 puis le sera en 1971 par les Etats-Unis, Richard Nixon effectuera d’ailleurs là-bas un déplacement historique….

L’Allemagne nazie qui voulait « durer mille ans » s’est donc effondrée et s’est vue occupée militairement par les vainqueurs du conflit, dont la France et ce, pendant plus d’un demi-siècle. Deux nouveaux états vont voir le jour, quatre ans après la chute de Berlin : à l’Ouest, la République Fédérale Allemande, la RFA, à l’Est, la République Démocratique Allemande, la RDA ….

Deux pays : un même peuple, une même langue mais une idéologie bien différente : à l’Ouest, Le Social-Démocrate Willy Brandt vient d’accéder au poste de Chancelier à Bonn, alors capitale du jeune état tandis que son Homologue de l’Est, Walter Ulbricht demeure un des gardiens les plus zélés du « socialisme triomphant prôné par le grand frère soviétique » à Berlin-Est.

Willy Brandt avait succédé à Arthur Kiesinger qui avait défrayé la chronique en 1968 en se faisant gifler en public par la chasseuse de nazi, Beate Klarsfeld qui ne supportait pas de voir ce serviteur naguère zélé du régime Nazi être le Chancelier d’une Allemagne de l’Ouest encore hantée par ce passé douloureux….

Berlin, l’ancienne capitale du Reich, au cœur même de la RDA, possède une partie occidentale, aux mains du Bloc occidental mais s’est vue séparée de sa partie orientale, sous joug socialiste par un « mur » que l’on surnommera « le mur de la Honte » … Jusqu’à sa chute, bon nombre d’opposants au régime de la RDA tenteront de le franchir, utilisant tous les subterfuges possibles, parfois avec succès mais très souvent échoueront tragiquement….

Le Royaume-Uni a comme Premier Ministre Harold Wilson, un Travailliste de 53 ans qui est arrivé au 10, Downing Street cinq ans plus tôt…… En cette année 1969, il se voit contraint d’envoyer des troupes militaires en Ulster (Irlande du Nord) où ont éclaté des troubles entre Catholiques et Protestants laissant présager un conflit sanglant qui s’éternisera dans le temps avant un quelconque accord d[PD1] e paix, sorte de « bête noire » pour tout locataire du 10, Downing Street….

A Madrid, le Général Franco, 77 ans, au pouvoir depuis la fin de la Guerre Civile prépare sa succession et adoube le fils du Comte de Barcelone, Juan Carlos de Bourbon, descendant de Louis XIV qui deviendra donc Monarque à la mort du Caudillo.

Le vieux dictateur a jeté son dévolu sur un personnage qu’il pense fade et prompt à continuer son œuvre, celle d’un état autoritaire, très centralisé et totalement hermétique à tout particularisme régional (interdiction de parler une autre langue que le Castillan sous peine de prison). La longévité de Franco réside dans la prudence de ses choix : méprisé par Hitler, il ne s’engage pas complètement auprès de celui-ci et survit donc à l’après-conflit mondial et surtout ne rechigne pas à accepter la coopération économique notamment avec les américains…

Son voisin Portugais, Salazar a quitté le pouvoir en 1968 mais a placé un de ses disciples Caetano aux manettes. Economiste de formation, cet intellectuel austère, menant une vie ascétique a lancé dès sa prise de pouvoir en 1932, l’idée d’un « Estado Novo », portant les germes de ce qu’il pense être une rigueur économique mais finira par laisser à la traine son pays qui devient rapidement un régime autoritaire avec une police politique brutale (« la Pide »), un système autarcique et comme nous l’avons déjà évoqué va s’engluer dans des guerres coloniales pourtant perdues d’avance……

 

 

MADE IN USA

 

Les Etats-Unis sont de loin la première puissance économique mondiale avec un PNB de plus de 900 milliards de dollars et un confortable excédent budgétaire de sept milliards de dollars, c’est l’époque du « Plein emploi » avec seulement 3.5 % de la population active au chômage.

Le pays est doté d’une avance technologique considérable sur ses adversaires comme sur ses alliés. L’année est d’ailleurs marquée par le succès de la mission Apollo 11, où pour la première fois dans l’histoire de l’Humanité, deux hommes ont marché sur la Lune : Neil Armstrong et Buzz Aldrin. En plantant le drapeau Yankee sur le sol lunaire, ils permettent de confirmer la suprématie américaine en matière de conquête spatiale face à une Union Soviétique, qui jouait pourtant la course en tête dix ans plus tôt…….

Le début de l’année a vu la passation de pouvoir entre le Démocrate Lyndon Johnson, successeur de John Kennedy et le Républicain Richard Nixon qui a remporté l’élection de novembre 1968 alors qu’il avait échoué de peu face au président assassiné en 1960.

Sa première année de présidence va être marquée par plusieurs évènements, outre le succès d’Apollo 11, c’est l’organisation d’un festival pop gigantesque organisé à Woodstock, les sanglantes émeutes de Stonewall, quartier New-Yorkais entre la minorité Gay et les forces de l’ordre, qui va voir la naissance d’organisations de défense du droit des homosexuels, ancêtre des LGBT et surtout de la Guerre du Vietnam, conflit dans lequel le pays de l’Oncle Sam s’est engagé au début des années 60, soutenant le régime sud-vietnamien qui tentait de résister aux assauts du voisin communiste du Nord. Si le budget militaire représente 10 % du PIB, près de 45 % sont alloués au seul conflit Vietnamien.

Plus d’un demi-million de soldats américains ont foulé le sol de ce pays d’Extrême-Orient et qui malgré une logistique bien supérieure à celle de ses adversaires, le pays qui délivra l’Europe occidentale en 1944-45 n’est absolument pas sûr de remporter la victoire face à une « armée des ombres », la même qui fit plier le colonisateur Français quinze ans plus tôt…..

A SUIVRE...