PAR TOUTATIS, RESTEZ CHEZ VOUS ! (EDITO DU 25 MARS)

Philippe DUPONT

C’est une supplique qu’aurait pu adresser Astérix le Gaulois à ses descendants, peuple valeureux mais parfois ô combien indiscipliné. Soulagé que son co-géniteur Uderzo soit parti rejoindre son vieux complice Goscinny sans avoir attrapé ce maudit virus, il serait probablement confiné dans son village d’irréductibles guerriers, privé de chasse aux sangliers dans la forêt voisine et de paires de baffes à l’envahisseur romain avec la complicité de l’inséparable Obélix qui se tiendrait à un mètre de lui……

Les Généraux en chef Macron et Philippe n’ont pas encore décidé de prolonger réellement le confinement jusqu’à la fin avril, après consultation des autorités scientifiques. On devine cependant que la quinzaine n’est qu’une période probatoire, la pandémie étant encore loin d’avoir atteint son pic et que ledit confinement demeure le meilleur rempart à l’inexorable propagation à défaut de l’éradiquer, mais le temps peut faire quelque chose à l’affaire, comme on peut le constater dans le berceau du mal : la Chine…

La mort de plusieurs médecins victimes du devoir, l’augmentation vertigineuse des décès dans les EPHAD et malheureusement ce chiffre de plus de 1 100 victimes (uniquement celles recensées à l’hôpital, laissant présager un bilan en réalité beaucoup plus lourd, selon les dires du Pr Salomon) ont incité les autorités compétentes à instaurer durcissement de cette insolite quarantaine (sans aller jusqu’au confinement total) : interdiction des marchés, encadrement des sorties, amendes plus importantes en cas d’absence d’attestations…

Oh, bien sûr, il restera toujours quelques brebis égarées dans les territoires perdus de la République pour braver l’autorité voire le danger, il n’en demeure pas moins que les Français ont à présent compris la gravité de la situation, une des plus insolites que nous ayons vécue depuis fort longtemps. Les observateurs avisés continuent à craindre l’hypothèse du scénario Italien, le pays étant à présent le plus touché du monde, mais commençant à être talonné par l’Espagne et dans la ligne de mire : les Etats-Unis….

Si l’Europe reste l’épicentre, la planète tout entière est infectée, l’apparition du virus certes encore timide en Afrique ou encore en Inde pourrait avoir les effets d’une bombe à retardement….

Pendant ce temps, toutes les régions françaises sont touchées, dont notamment l’Ile de France qui craint une rapide saturation de ses capacités d’accueil des malades comme ce fut le cas pour le Grand Est. On craint également comme partout ailleurs la forte exposition du personnel médical qui se dévoue sans compter, épuisé mais ragaillardi par les applaudissements effectués chaque soir sur les balcons et fenêtres de nos villes….

Le consensus national sur cette « guerre » menée contre cet ennemi invisible mais implacable n’a pas empêché l’émergence d’un début de polémiques notamment la pénurie de masques, le faible niveau de dépistage opéré auprès des populations ou le manque de respirateurs. Sans oublier l’impuissance à trouver rapidement un vaccin ou un quelconque remède malgré l’émergence d’une synergie entre les différentes unités de recherche à travers le monde.

Certains membres éminents de la communauté scientifique sont omniprésents sur les plateaux télé pour faire de la pédagogie et de la prévention (« restez chez vous) mais préfèrent jouer la carte de la prudence quant aux remèdes miracle comme celui que préconise le professeur Raoult, savant iconoclaste Marseillais, autant admiré que critiqué, qui avec à son allure de druide Panoramix aurait trouvé la potion magique en procédant à des dépistages massifs suivis de  la mise en circulation de la Chloroquine, seul remède selon lui pour stopper net l’expansion du virus. Quelques personnalités locales lui ont emboité le pas en commandant les stocks « rédempteurs » sans tenir compte de la fiabilité au vu de l’insuffisance des essais cliniques du « remède ». Wait and See...

Mais in fine, l’heure n’est pas à une quelconque querelle entre « anciens » et « modernes », à la cocasse réhabilitation de certains (Roselyne Bachelot, les agriculteurs) ni à celle de trouver un ou des quelconques boucs émissaires (les sempiternels pourfendeurs de l’exécutif, de l’Europe, du libéralisme, etc…) mais plutôt à une gestion de la crise au « jour le jour », de profiter du « confinement » pour nous remettre en question…

C’est vrai : cet épisode totalement inédit et dont nous ignorons encore combien de temps il durera nous a fait perdre certaines de nos certitudes, ranger au placard notre individualisme forcené et laisser présager la fin d’un cycle : peut être le réajustement d’un certain modèle économique dominé par la technologie et sa jungle d’algorithmes nous mettant en pleine figure que face aux éléments naturels, nous ne pouvons pas tout sauf de rester humbles et responsables….

En jouant la carte de la responsabilité et de la solidarité entre nous et les états (n’est-ce pas, Mr Trump et ses « alliés » ?), nous aurons plus de chance de trouver plus rapidement la sortie du tunnel, conscients cependant que nous ne sommes pas à l’abri d’un nouveau choc cette fois-ci économique….

Mais comme chacun sait, l’espoir fait vivre, espérant écrire le mot « Fin » à ce mauvais récit international et nous retrouver comme autour d’un banquet comme dans « Astérix », vous savez le petit Gaulois orphelin mais qui ne baisse jamais les bras….