LE SPECTRE DE POGACAR (Editorial du 23 Septembre)

Philippe DUPONT

 

Décidément, le COVID-19 aura fait toussoter plus d’une fois le Tour de France, à commencer par son patron Christian Prudhomme contrôlé positif, à tel point que l’on s’est d’abord demandé s’il ne serait pas purement et simplement annulé comme bien d’autres manifestations sportives, ce qui aurait été une première depuis les deux guerres mondiales….

Finalement, cette 107 -ème édition d’une longueur de 3 484 Kilomètres a bien eu lieu mais avec plus d’un mois de décalage, le Tour de France, synonyme d’Epreuve sportive « reine des vacances » est devenue Compétition de Rentrée avec toutes les restrictions qu’imposaient la Crise sanitaire : finies les foules en délire qui éructent le nom de leur champion le long des chemins, adieu les beaufs à casquettes Ricard qui escortent sur quelques centimètres la roue du maillot jaune du moment, tchao les hôtesses du tour pour cause de bisou masqué : l’ambiance a été beaucoup plus feutrée, du fait de spectateurs éparpillés ou tout simplement déjà rentrés chez eux…

Avec les défections de certains favoris, l’idée a germé que le Tour 2020 pourrait être enfin « l’année des Français », on pensait qu’avec Romain, ça allait « barder », que Julian Alaphilippe, le héros du tour 2019 pouvait prendre la tête du peloton à la hussarde ou Thibaud Pinot allait annoncer la couleur….

On connait la suite: ce potage délicieux qui mijotait dans la marmite s’est transformé en « soupe à la grimace » : à l’espoir a succédé la désillusion : une fois de plus, la dure réalité a changé de braquet : les favoris sur le papier ont rejoint la classe « contre-performance » ou abandon….Trente -cinq ans après le dernier triomphe de Bernard Hinault, il faudra encore et toujours s’armer de patience pour espérer voir un Français en «Jaune » sur les Champs-Elysées que de voir le PSG soulever la coupe de la Liga ou un Français remporter Roland Garros….

Mais le malheur des uns a pu faire le bonheur des autres. On a vu surgir du peloton deux coureurs venus de Slovénie… Slovénie ? vous voulez dire la Syldavie, ce pays des Balkans cher à Tintin et Milou dans le « Spectre d’Ottokar » ?

Mais non bien sûr, même si la Slovénie a inspiré Hergé, ce n’est pas un pays imaginaire : bien au contraire : il fait même partie de l’Union Européenne depuis 2004, grand comme deux fois l’Ile de France et peuplé d’un peu plus de 2 millions d’Habitants…

Coincé entre l’Italie à l’Ouest, l’Autriche au Nord, la Slovaquie au Nord-Ouest et enfin la Croatie au Sud, ce petit pays dynamique est issu de l’Ancienne Yougoslavie disparue en 1990 dont elle fut une des républiques les plus dynamiques économiquement, comme elle a continué à le rester dans l’Europe de Bruxelles….

Mais, la Slovénie n’est pas connue du grand public comme une nation sportive majeure, bien qu’elle excelle dans les sports de glisse, normal quand on est un pays à 70 % montagneux, qu’elle commence à faire parler d’elle au Tennis, sans parler du Football, avec un gardien de but redoutable de l’Atletico, Jan Oblak ou encore du Basket, avec l’équipe de Ljubljana qui s’est naguère illustrée au niveau européen…. Mais le cyclisme, c’était beaucoup plus improbable…avec une fédération qui compte moins de 2 000 licenciés et l’organisation d’un discret « tour de Slovénie » et pourtant, Messieurs Primoz Rogric et Tadej Pogacar ont largement dominé l’épreuve, le premier jusqu’à l’avant-dernière étape avant d’être rattrapé par le second lors d’un « Contre la Montre » épique qui est devenu à 22 ans le plus jeune vainqueur du Tour depuis 1904 (qui a été créé un an avant, ndlr) : « coup d’essai, coup de maître » ,ce qui a fait flotter les drapeaux slovènes aussi bien sur les Champs-Elysées que dans les rues de la Capitale du pays, Ljubljana……

Mais sitôt l’épreuve terminée, un autre virus a refait son apparition (mais avait-il vraiment disparu ?), c’est celui du soupçon de dopage qui a d’abord visé les coureurs Colombiens, dont Nairo Quintana et voilà que l’on apprend qu’une autre nation…la Slovénie est connue dans les cercles initiés comme la « championne du monde des contrôles positifs : plus de 42 % de ses coureurs l’ont été l’an passé !

De quoi faire planer « plus qu’un doute » sur nos vainqueurs de cette édition pas comme les autres. « Le Spectre de Pogacar » hante subitement les sentiers douteux empruntés parfois par les cavaliers de la « petite reine », Tintin : fais quelque chose……